Rechercher

Le GLOBICEPHALE NOIR

Le Globicéphale noir

Globicephala melas

Mammifère marin, classe Mammifères, ordre Cétacés, sous-ordre Odontocètes, famille Delphinidés

Taille : 4 à 7,50 m

Poids : 1 à 3 tonnes

Poids à la naissance : 75 à 100 kg

Durée de gestation : 12 à 16 mois, période d’alaitement 12 à 18 mois, on compte une naissance tous les 3 à 5 ans

Alimentation : céphalopodes surtout des calmars et de petits poissons

Maturité sexuelle : femelles 8 à 12 ans pour les mâles. Durée de vie : 50 à 70 ans

Répartition : mondiale dans toutes les mers froides. Il préfère les eaux profondes peut s’approcher des côtes. Sud du Golfe du Lion.

Menaces : encore chassés au îles Féroé, captures accidentelle : filets dérivants, palangre, contaminants d’origine humaine DDT, PCB...

Protection : préoccupation mineure au statut de l’UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature


Comment les rencontrer : depuis le 01/01/2021, en France il est interdit d’approcher intentionnellement les cétacés et siréniens protégés à moins de 100 m dans les aires marines protégées et dans les eaux marines sous souveraineté et sous juridiction, vitesse maximum de 5 nœuds, ne pas leur couper la route, limiter les rencontres à 1/4 d’heure, respecter les signes caractéristiques : claquements de queue, bulles d’air, qui signifient DÉRANGEMENT. Ne pas les nourrir, pas de lignes de pêche, ne pas tenter de nager avec les globicéphales.


Zones d'observation : dans les mers froides, en Méditerranée dans le Golfe du Lion.

On peut rencontrer les Globicépales noir en méditerranée, en haute mer sur les canyons. Ils aiment les eaux profondes mais on peut aussi les rencontrer dans les zones côtières. Ils nagent en surface en grands groupes pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines. Les adultes mâles et femelles encadrent les petits et les jeunes avec autorité jusqu'à leur puberté entre 9 et 14 ans. Dans le sud Golfe du Lion on peut les observer en groupes constitués de familles complètes de 20 à 30. En atlantique on peut croiser des groupes de plusieurs milliers de Globicéphales.



3 faits marquants sur ce seigneur des mers.


1 – Étant un prédateur supérieur, le Globicéphale noir régule les niveaux trophiques inférieurs et permet de rendre compte de l’état de santé de tout un écosystème. Outre son importance à l’échelle de l’écosystème, le Globicéphale noir est une espèce d’intérêt au niveau communautaire.


téléchargez la fiche GLOBICEPHAL NOIR en PDF en Français

téléchargez la fiche GLOBICEPHAL NOIR en PDF - version Anglaise


2 – Massifs, puissants et rapides ils sont impressionnants et facilement identifiables avec leur tête en forme de boule noir. Quand ils se regroupent par centaines, le spectacle est impressionnant. Ils ont une longévité importante : 35 - 45 ans pour les mâles et jusqu’à 70 ans pour les femelles. Ils se reproduisent toute l’année avec un pic de naissances en été. La longue période de gestation de 16 mois constitue un facteur de fragilité de leur espèce, aux îles Féroé où ils sont chassés par centaines chaque année pour motif de chasse traditionnelle (le grind) les femelles gestantes et les petits sont abattus sans distinction. Leur viande n’est plus consommée car réputée toxique à cause des polluants d’origine humaine. Ils sont peu connus du public et un long chemin reste à accomplir pour rejoindre leur intelligence de vie et pouvoir communiquer avec eux d’égal à égal sans en faire un produit de consommation ou un animal familier… La chasse traditionnelle devrait disparaitre à court terme car les autorités et les jeunes générations y sont opposées.


3 – malgré leur grand nombre sur toutes les mers tempérées froides ; principalement dans les zones pélagiques profondes mais également vers les côtes, cette espèce subit des pollutions par PCB, DDT, métaux lourds, micro plastiques qui ont ou auront à court terme des conséquences sur leur reproduction et leur longévité. En Europe, le globicéphale noir est protégé depuis 1970 par la convention de Berne (annexe II) et la directive habitat (annexe IV).




Conseils d'observation et d'interaction


1 – La mise à l’eau pour nager avec les Globicéphales n’est pas conseillé. Dans le Golfe du Lion, par exemple il est même interdit d’approcher à moins de 100 m. bien entendu s’ils choisissent de venir nager de l’étrave ce qui est fréquent, ou vous visiter durant une baignade en mer, vous pouvez en profiter tout en dépassant pas les 5 noeuds et en conservant une trajectoire rectiligne sans chercher à les rejoindre. Lors de rencontres durant la baignade ne jamais chercher à les toucher. Ils sont peu intéressés par la présence humaine mais peuvent venir nager à l’étrave en petits groupes de 3 à 5 avec des jeunes. Peu démonstratifs, il est rare de les voir sauter, mais diverses activités de surface sont notées : claquement de queue sur l'eau (lobtailing), observation de l'environnement de surface la tête hors de l'eau à la verticale (spy-hopping), nage sur le dos avec battements de pectorales...


2 – Ne pas chercher à les nourrir, ce sont de grands chasseurs et une bonne partie de leur temps est consacré à la chasse. Ils plongent à 200-300m pour capturer les calmars. il n'est pas rare de voir évoluer parmi un groupe de Globicéphales noirs d'autres espèces de cétacés comme le Grand dauphin ou le cachalot


3 – La meilleure façon de rencontrer des Globicéphales est de ne pas les chercher mais d’être dans l’observation. La rencontre peut être opportuniste : vos chemins se croisent, mais ces rencontres peuvent également faire l’objet d’une manière différente de NAVIGUER POUR OBSERVER et aller à la rencontre des toutes les espèces qui peuplent notre Grande bleue.



Si vous voulez en savoir plus sur le Globicéphales Noir visitez l’excellent site de Doris

Observer c’est un apprentissage et de nombreuses associations proposent à des éco-volontaires des embarquements d’observation naturaliste ou vous apprendrez beaucoup sur ces MAÎTRES des océans que sont les Cétacés.


l'ONG Les PEUPLES de la mer est parrainée par le Parc Naturel Marin Golfe du Lion @parc.naturel.marin.golfedulion @villedeleucate @navily @leucate.tourisme